1/1

Sur les trois photos, on peut voir tout l'espace dont disposent mes chiens pour faire tout ce qu'ils veulent même muselés. 

Un petit post agrémenté de photos hautes en couleurs pour parler de notre copine mumu la muselière... et surtout, la dé-diaboliser !

 

Cela risque d’en fâcher plus d’un, mais je vais quand même le dire : la mumu ce n’est pas bien méchant... 

 

Non, ne nous fions pas à l’imaginaire collectif qui associe muselière à chien méchant. Oui, encore… c’est encore une histoire d’image. 

D’ailleurs, c’est quoi un chien méchant ? (Je vais pas m’étaler, promis, mais c’est une question à se poser. La muselière renvoi l’image d’un danger, d’une morsure, donc d’un chien qui pourrait mordre… mais quel chien ne peut mordre ? )

 

 

💣 Dans certains cas, museler son chien revient à le protéger de l’environnement mais protéger aussi son chien des conséquences d’une morsure. 

Prenons un exemple tout bête : mon chien est sensible et réactif humain, je ne peux pas tout prévoir et un humain sort d’un coin d’une rue / d’un immeuble : mon chien le pince. C’est parti pour une procédure chien mordeur qui n’est plaisante ni pour le chien, ni pour l’humain. Bien souvent, elle ne prend pas en compte les situations et votre chien peut se retrouver embêté s’il est évalué dangereux. 

Le même exemple peut être utilisé sur une bagarre entre chiens, un des humains mets les mains dedans, se fait mordre : même suite que l’histoire précédente.

 

Oui, la théorie souhaite qu’on ne mette pas le chien en telle situation qu’il soit amené à mordre, mais la pratique veut qu’on ne peut pas toujours, au quotidien, s’éloigner, partir, tout prévoir, respecter la zone de confort… l’environnement est pleins de surprises, et il serait dangereux de l’oublier.

La muselière se révèle donc, par moment, être un allié pour travailler un chien en toute sécurité. 

Attention : je ne parle pas de mettre le chien en immersion pour le travailler. je parle de sécuriser un temps de désensibilisation quand les facteurs d’exposition ne peuvent être totalement contrôlés. 

 

💣 Il est donc bien plus sage de travailler pas à pas, en mettant toutes les chances de notre côté pour que tout se passe bien, en sécurité et qu’on puisse avancer sereinement. Vous l’aurez compris, elle est un outil très pertinent dans certains cas de rééducation, mais aussi pour assurer par moments des présentations sereines, des manipulations ostéopathiques, un soin chez le vétérinaire. 

 

Encore une fois, le mieux est de pouvoir travailler le chien (au médical training, soins coopératifs) mais les urgences…. sont des urgences. Il vaut mieux prévoir tout ce qui est possible de l’être pour s’économiser des soucis le moment venu ! 

 

💣 N’oublions pas non plus qu’elle permet aux chiens de nous accompagner partout en voyage, dans les transports où elle est obligatoire, dans certains pays aussi. En randonnée, elle peut aussi nous permettre de soigner notre chien en restant en sécurité quand les soins sont douloureux et qu’ils peuvent susciter de vives réactions !

 

💣 Dernière chose à ne pas oublier : tout chien peut mordre. Tous ! Le golden du voisin, le labrador du cousin, et même le samoyède de Corentin. ET MÊME LE VOTRE ! Ah si, si, je vous l'assure.

Et surtout… dans pleins de situations différentes. Un chien qui a été battu, un chien trop excité, un chien peureux, un chien qui met à distance, un réflexe de poursuite de mouvement, une réaction à la douleur. TOUT CHIEN PEUT MORDRE ! 

 

---------------------------------------------

 

 

✅ Bien entendu, ceci demande à ce qu’elle soit associée positivement, pour qu’elle ne soit pas vécue comme contrainte. La muselière doit être apprise de manière progressive, on parle alors de désensibilisation. Si votre chien émet une quelconque résistance au port de la muselière c’est qu’il faut reprendre les étapes d’apprentissage, rien ne sert de contraindre !

N’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel pour vous guider, et en attendant, voici une vidéo qui peut être intéressante : CLIQUEZ ICI 

 

✅ il faut aussi EVIDEMMENT qu’elle soit respectueuse de votre chien et de sa morphologie. Les muselières en tissu, les muselières type Baskerville qui sont trop petites, les muselières lasso, … À éviter au possible !

Le chien doit pouvoir haleter (pour réguler sa température), manger, boire... et communiquer : bailler, se lécher le museau, montrer les dents, aboyer, …

Pour se faire, il y a des muselières sur mesures. Veillez à prendre le tour du museau avec une balle dans la gueule de votre chien pour vous assurer d’avoir un espace suffisant. Si c'est une action compliquée, prenez son tour de museau et rajoutez 5-6 cm.

Le but, c’est de protéger l’extérieur SANS contraindre l’intérieur (le chien) ! 

 

 

Vous pouvez rejoindre ce groupe Facebook COMMUNAUTE PRO MUSELIERE  . Vous y trouverez de quoi balayer les plus infimes préjugés, mais surtout, des photos, des partages de sites internets différents, de modèles différents en fonctions des utilisés, des morphologies... 

Personnellement, mes chiens portent sur les photos ce modèle ci et j'en suis satisfaite. Légère, doublée au niveau du frottement sur le museau, efficace, mes chiens ont tout l'espace nécessaire pour agir librement même muselés. Nous voyageons donc en toute sécurité !

 

Alors participez à la vulgarisation du port de la muselière (dans un cadre pertinent), n’hésitez pas à réagir quand des personnes en ont une vision négative, pour leur expliquer dans quelle mesure ce n’est pas un outil de torture... C’est important ! Le changement passe par le regard des autres.

 

C’est important pour toutes les personnes qui travaillent leur chien dans le respect et la bienveillance, qui font au mieux pour leur chiens, pour les gens, pour eux, et qui se prennent des regards accusateurs à chaque sortie. 

À vrai dire, tous les humains qui guident des chiens devraient apprendre à leur chien à porter la muselière. Tous peuvent y être confrontés un jour ! 

 

Quel est le problème à jouer la carte de la sécurité ?